Biographie de Joseph Goebbels

images-1.jpgPaul Joseph Goebbels était un homme politique nazi allemand, né à Rheydt le 29 octobre 1897. Il se donna la mort à Berlin le 1er mai 1945 avec son épouse Magda, après avoir empoisonné leurs six enfants.

   Il fut ministre du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande sous le régime nazi (1933-1945) et son nom reste indissolublement lié à l'emploi des techniques modernes de la manipulation des masses. Il est devenu synonyme des mensonges et des haines que sont capables de diffuser les propagandes des États totalitaires. Docteur en philosophie, journaliste et romancier, il rejoint le NSDAP (Parti National Socialiste Allemand des Travailleurs) dirigé par Adolf Hitler dès 1922.

images-2.jpg

Il devient l'un des proches du Führer dès 1926 après une période plus distante, en particulier à cause du soutien financier apporté par les industriels allemands à Hitler, ce qui heurtait les idées « anticapitalistes » de Goebbels et de l'aile gauche du NSDAP. Mais Hitler parvient à l'éloigner des frères Gregor et Otto Strasser et de ce courant « communiste » en lui faisant lire les chapitres de Mein Kampf consacrés à la propagande.

Gauleiter de Berlin à partir de 1926, il est élu dès les élections législatives de mai 1928, devenant ainsi l'un des douze premiers députés du NSDAP à siéger au Reichstag. « Nous entrons au Reichstag […] comme des loups dans la bergerie. », écrit-il dans l'Angriff, le journal qu'il avait fondé en 1927.

bundesarchiv-bild-183-r32860-berlin-trauung-von-joseph-und-magda-goebbels.jpg Goebbels épouse Johanna Maria Magdalena Behrend (mieux connue sous le nom de Magda Goebbels) le 19 décembre 1931. Sous le Troisième Reich, la propagande fait de Magda Goebbels l'épouse et la mère de famille modèle de l'Allemagne nazie. Goebbels a cependant, entre 1936 et 1938, une liaison avec une actrice tchèque, Lida Baarova. Il semble que ce soit sur l'insistance d'Hitler que le couple Goebbels ne se sépara pas.

Le 11 mars 1933, Hitler le nomme ministre du Reich à l'Éducation du peuple et à la Propagande en raison de ses talents d'orateur et de rhétoricien. Son rôle est très important dans la mise en place de la dictature nazie et de la diffusion des mots d'ordre. Selon lui, « l'idéal, c'est que la presse soit organisée avec une telle finesse qu'elle soit en quelque sorte un piano sur lequel puisse jouer le gouvernement » et « la critique n'est autorisée qu'à ceux qui n'ont pas peur d'aller en camp de concentration ».

C'est son ministère qui régente et censure la presse écrite, la radio, le cinéma, l'art… Sous l'impulsion de Goebbels, les moyens modernes de communication sont considérablement développés : radio, informations cinématographiques et même télévision (dès 1935). Le 21 mars 1933, c'est lui qui organise la journée de Potsdam, peu avant le vote de la loi des pleins pouvoirs par le Reichstag, lors de laquelle Hitler obtint le ralliement du Zentrum contre d'éventuelles garanties constitutionnelles qui ne seront pas réalisées. * Le 10 mai 1933, 20 000 livres sont brûlés sur la place de l'Opéra à Berlin ...


Il est donc nécessaire de s'intéresser à la structure du ministère dirigé par Goebbels. Son organisation, ses moyens et sa politique.

Commentaires (1)

1. PETRIAC Louis (site web) 26/07/2017

Mon envie de travailler en passionné d’Histoire sur un nouveau portrait de Magda GOEBBELS s’est manifesté après avoir lu récemment deux ouvrages. L’un de Tobie NATHAN revenant chez GRASSET sur l’assassinat du leader sioniste Victor Chaïm ARLOSOROFF sur une plage à Tel-Aviv en juin 1933. L’autre, dû au Russe Léonid GUIRCHOVTICH et traduit l’an passé chez VERDIER où il est question de données retrouvées dans un journal intime qui aurait été conservé, sans jamais avoir été publié par la famille QUANDT. On peut comprendre pourquoi, Magda GOEBBELS ayant laissé un fils de son union avec le richissime Günther QUANDT. Une famille dont la puissance aura survécu au nazisme grâce à BMW, contrairement à d’autres comme IG FARBEN, bien qu’elle ait été reconnue coupable d’avoir utilisé de la main d’œuvre puisée dans des camps de concentration.
Il y avait là de quoi partir à la découverte de ce personnage ambigu qu’est cette tueuse d’enfants, personnage à propos duquel on a raconté énormément de choses, lesquelles, à mon humble avis, ne tiennent pas. De cette liaison avec un « neveu du Président US Herbert HOOVER » qui d’après le responsable de la bibliothèque US HOOVER aux Etats-Unis n’a jamais existé. Jusqu’à cette volonté ayant consisté à choisir pour ses enfants un prénom dont la première lettre était un H, par dévotion à un certain Adolf HITLER dont elle aurait été l’une des égéries ! Alors que dans ce même journal intime, la même Magda avouait à la date de novembre 1913 une admiration au poète juif allemand Heinrich HEINE.
Fille d’un Juif, Richard FRIEDLANDER et non de cet Oskar RITSCHEL, ingénieur rhénan dont l’histoire a fini par faire son père, aurait-on voulu bâtir un mythe autour de ce personnage sulfureux qu’est Magda GOEBBELS ?
Sans aucun doute ! Car, comment expliquer le brusque revirement de cette créature maléfique soudain attaché à la perte ou à l’ignorance de tous ceux qu’elle avait adorés ? De son premier amour, le sioniste Chaïm ARLOSOROFF à ce poète juif Heinrich HEINE. Sans oublier son jeune père Richard FRIEDLANDER qu’elle laissera déporter à Buchenwald sans s’interposer face à un homme sur lequel elle avait une totale mainmise : Joseph GOEBBELS. Que de victimes qu’elle aura abandonnées aux mains des nazis au nom d’une puissance qu’elle rêvait de posséder ! Dont six de ses sept enfants qu’elle aura choisi de tuer pour les arracher aux mains des Russes et qu’elle redoutait de voir survivre dans un monde privé de National-socialisme ! Alors que cet assassinat n’obéit qu’à une seule volonté, celle d’avoir organisé avec la complicité de son maniaco-dépressif d’époux, une mise en scène susceptible de faire de ce couple de meurtriers deux victimes de l’idéologie !
L’histoire serait-elle donc éternellement fâchée avec ce qui dérange ?
Ce prochain ouvrage que je propose et cette femme que Tobie NATHAN lui-même définissait comme une chienne, amènent à réfléchir à la portée de certains documents publiés dernièrement par un historien Oliver HILMES à propos de cette filiation juive de l’épouse de Joseph GOEBBELS justifiant que celui-ci ait voulu faire disparaître ce qui aurait pu être gênant pour les nazis et leur Führer dont ce beau-père dérangeant du nom de Richard FRIEDLANDER.
Mais saura-t-on un jour la vérité à propos de ce meurtre commis à Tel-Aviv ?
Louis PETRIAC

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×